dimanche 22 février 2009

La naissance du vice


Un cocon de soie noire

Suspendu au néant,

Toujours s’enténébrant,

Vint à éclore un soir,


La bête de malice

Aux nombreux appendices,

Considérant le monde

Et sa nature féconde

Dit : « Ce lieu est propice

A toutes sortes de vices ».


Sans autre préambule,

De ses dix mandibules,

La bouche de Lucifer

Croqua vite dans la Terre.



Nicolas Reuge

3 commentaires:

Lotus a dit…

Voilà un portrait du vice très réussi.Tout est dit en peu de mots.

Lotus

Heptanes Fraxion a dit…

ça sent un peu la naphtaline,tout ça,non?

Revathi a dit…

J'ai bien aimé ce poeme. Merci Nicolas