dimanche 22 février 2009

Poètes de tous les temps


Ô poètes de tous les temps,
Aux cœurs brisés, aux cœurs battants,
Âmes sensibles et anges déchus,
Un lourd fardeau vous a échu :

Traquer l’amour au fond des gouffres
D’où n’exhalent qu’odeurs de soufre,
Troquer les ténèbres de fer
Contre des oiseaux de lumière,

Ô poètes de tous les temps,
De paix, de guerre, les résistants
C’est vous, poètes ! Soyez forts !
Votre fragilité vaut de l’or,

C’est quand en vous le monde s’écroule,
Qu’autour de vous l’ennui s’enroule,
Que dans vos abyssales peurs,
Un trait scinde le vrai du trompeur,

Ô poètes de tous les temps,
Aux cœurs brisés, aux cœurs battants,
Troquez les ténèbres de fer
Contre des oiseaux de lumière.


Nicolas Reuge

La naissance du vice


Un cocon de soie noire

Suspendu au néant,

Toujours s’enténébrant,

Vint à éclore un soir,


La bête de malice

Aux nombreux appendices,

Considérant le monde

Et sa nature féconde

Dit : « Ce lieu est propice

A toutes sortes de vices ».


Sans autre préambule,

De ses dix mandibules,

La bouche de Lucifer

Croqua vite dans la Terre.



Nicolas Reuge